La réalisation, la répartition des rôles…

Etre cohérent…

La vocation particulière du Studio SLC est d’accompagner chaque démarche de projet.

Le manque de cohérence est le point faible de beaucoup de projets artistiques, en particulier en auto-production. Plus les conseils de professionnels expérimentés interviennent tôt, plus le projet sera mené avec cohérence.

A ce titre, le rôle du réalisateur est prépondérant.

 

Auto-production ne veut pas dire auto-réalisation…

Réaliser un enregistrement demeure une entreprise pour laquelle l'expérience est déterminante. Le néophyte fait souvent les choses à l'envers et regrette ensuite de ne pas s’y être pris autrement. Combien d'erreurs peuvent être évitées si les bonnes questions sont posées au départ.

 

Savoir s'entourer de compétences complémentaires…

Personne n’est excellent dans chaque aspect de la réalisation d’un album. Il faut être honnête avec soi-même.

Mieux vaut mettre son énergie à développer ses points forts et laisser ses point faibles à d'autres talents.

Les débutants ont parfois peur du talent des autres et pensent devoir tout faire, tout contrôler.

Avec les années d'expérience et un peu d'humilité, on en vient à rechercher ces talents complémentaires.

 

Quels musiciens choisir ?

Beaucoup commettent l’erreur de prendre “le premier venu”, faute de mieux, ou parce que c’est un copain…

Pour jouer en studio, il vaut mieux prendre des musiciens de studio.

 

Le musicien de studio possède des aptitudes spécifiques que tous les musiciens n’ont pas. Un excellent musicien de scène ne sera pas forcément idéal en studio.

 

Le temps passé à réparer les approximations coûte parfois plus cher qu'un musicien de studio ! Et l'investissement sur la qualité donne toujours un meilleur potentiel de vente.

 

Le rôle du producteur

Le producteur finance son projet et en assume la commercialisation et la gestion. Il peut être l'artiste lui-même. C'est alors de l'auto-production. Il peut éventuellement déléguer les tâches pratiques et administratives de la production à un producteur exécutif s'il ne peut l'assumer lui-même.

 

Le producteur exécutif gère alors l'ensemble des tâches inhérentes en lieu et place du producteur jusqu'à la livraison du produit (Planning des séances, démarchage des musiciens, nourriture, hébergement, transport, fiches de paye, Sacem, Spedidam, Adami, SDRM, pressage, graphiste, imprimeur, livreur, devis, factures, TVA etc). Le producteur exécutif reste soumis aux décisions du producteur.

 

Le rôle du réalisateur

Le réalisateur est la maître d'œuvre de la musique et du son de bout en bout (arrangements, enregistrement, mixage et mastering). Il a une grande expérience des studios et maitrise l'ensemble des étapes de la réalisation.

 

Le réalisateur a une oreille extrêmement exercée par des années de pratique. Il a un grand sens de l'organisation et de la cohérence. Pédagogue et psychologue, il est capable de faire sortir le meilleur des artistes.

 

C'est un métier. Auto-produire ne veut donc pas pas dire auto-réaliser.

 

Le rôle de l’arrangeur

Il écrit les arrangements musicaux, selon les orientations choisies avec l'artiste et le producteur. L'arrangeur cumule parfois le rôle de réalisateur.

 

Les rôles partagés entre plusieurs talents peuvent aussi donner d'excellents résultats !

 

Le rôle de l’ingénieur du son

L'ingénieur du son du studio n'est pas, de fait, le réalisateur providentiel ! Hélas, il se trouve parfois contraint d'assumer "au pied levé" l'absence d'un réalisateur.

 

Ce n'est pas une situation idéale, car il n'a pas été concerté sur les orientations artistiques, le choix des musiciens etc. Il doit alors faire de son mieux en assumant le choix des autres. Plus les choix préalables ont été cohérents, plus l'ingénieur joue son vrai rôle et tire le meilleur parti du matériel et du temps dont il dispose.

 

Le rôle de l'ingénieur du son peut donc être aussi celui de réalisateur dès lors que ce rôle lui est donné à la naissance du projet.